Activités culturelles
Activités culturelles
Activités culturelles

NOS ACTIVITES CULTURELLES EN DETAIL

 

JEUDI 14 DECEMBRE 2017: VISITE DU METRO BRUXELLOIS

Pilote Marion SCHUBERTH marion.schuberth [AT] cerclepegase.be
Détails

Le jeudi 14 décembre, Marion SCHUBERTH vous réitère sa proposition d’une visite du métro, première partie. Nous partirons de la station « Roi Baudouin » et suivrons la ligne 6 jusqu’à la station « Elisabeth » en nous arrêtant pour prêter attention aux œuvres d’art.

Inscription auprès de Marion par mail marion.schuberth [AT] cerclepegase.be ou par SMS au 0474 76 96 14. Nombre de places limité !

Un deuxième volet, sur la ligne 1 et 5, est prévu le jeudi 22 février 2018.

Visite métro

JEUDI 30 NOVEMBRE 2017: LE MUSEE DU TRAM BRUXELLOIS

Pilote Wanda VOGEL (wanda.vogel[AT]cerclepegase.be – tél. 02/652.19.20 après 20 heures, GSM: 0479/57.06.36 le jour de l’activité uniquement)
Activité

Dans le cadre des Nocturnes Bruxelles 2017, visite du Musée du Tram bruxellois (www.trammuseum.brussels)

Rendez-vous à 18h30 à l’entrée du Musée du Tram bruxellois, avenue de Tervueren, 364B, 1150 Woluwé-Saint-Pierre. Bus 36 et 42, Tram 39, 44 et 94. Le musée sera ouvert de 17 à 22 heures.
Détails

Dans le cadre des Nocturnes Bruxelles 2017, le Musée du Tram bruxellois accueille pour une soirée festive : les trams seront exceptionnellement éclairés pendant toute la soirée. Visite des véhicules, photos, documents… en relation avec l’histoire des tramways à Bruxelles.

Des guides circuleront dans les salles et donneront des explications sur demande. En outre, un tram-bar de 1935 propose de vous emmener pour un voyage de 30 minutes.

Prix : 3 euros par personne.

Inscription : pour le dimanche 12 novembre 2017 au plus tard, verser la somme de 3 euros sur le compte IBAN BE05 2107 3760 9775 (BIC GEBABEBB) de Wanda VOGEL en mentionnant « tram » et votre numéro de téléphone.

Possibilité d’enchaîner vers 20 heures avec un restaurant libanais, Le Kefraya, avenue Jules de Trooz, 13 à 1150 Woluwé-Saint-Pierre (à quelques minutes à pied du Musée du Tram). Prix indicatif : une assiette de neuf mezzés = 17,95 euros + boissons.

Si vous êtes intéressés par le restaurant, verser, non pas 3 euros mais 13 euros (entrée du musée + acompte de 10 euros pour le resto) en mentionnant « tram + resto » et votre numéro de téléphone. »

Musée du tram

< Retour au calendrier >

 

MARDI 13 JUIN 2017: DEUX PEGAZEUX AU PAYS DES MILLES COLLINES

Activité

Deux bazungu (*) pégaseux au pays des mille collines

Martine Goffin et Michel Willemse partageront avec vous leur découverte du Rwanda, la Suisse de l'Afrique sub-saharienne.

Rendez-vous

École supérieure d'Informatique , 67 rue Royale - 1000. Bruxelles ( bus : 29, 63, 65, 66 / tram 92,93, métro : Madou, Botanique, Parc )

Début à 18h30.
Détails

le Congo Nile Trail : randonnée en bordure du lac Kivu dans une zone de partage des eaux des fleuves Congo et Nil et les parcs nationaux de Virunga et de la Kagera

Introduction
Photos commentées
Questions/Réponses

Fin prévue vers 20h00

(*) blancs

< Retour au calendrier >

DIMANCHE 4 JUIN 2017: VISITE DU CHARBONNAGE DU BOIS DU CAZIER ET PROMENADE

Pilote Wanda VOGEL (wanda.vogel[AT]cerclepegase.be – tél. 02/652.19.20 après 20 heures, GSM: 0479/57.06.36 le jour de l’activité uniquement)
Activité

Visite du charbonnage du Bois du Cazier à Marcinelle, puis promenade d’une dizaine de km sur le site aménagé autour de la mine.

Rendez-vous gare de Bruxelles Central à 8 heures 45
Départ à 8 heures 59, arrivée à Charleroi-Sud à 9 heures 57, puis bus jusqu’à Marcinelle
Retour bus puis train à Charleroi Sud à 17 heures 11, arrivée à Bruxelles Central à 18 heures 31
Détails

Visite du site minier du Bois du Cazier à Marcinelle, retraçant l’épopée minière de la région de Charleroi et plus précisément la catastrophe du 8 août 1956. A midi, pique-nique intégral sur le terril n° 2.

La visite est suivie, l’après-midi, d’une promenade permettant de découvrir ce qu’était la vie quotidienne des mineurs à l’époque. La visite de l’ensemble du site est gratuite tous les premiers dimanches du mois.


Inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO comme site minier majeur de Wallonie, le Bois du Cazier illustre la condition et l’immigration ouvrière. Grâce au travail de sensibilisation mené autour de la catastrophe du 8 août 1956 qui fit 262 victimes originaires de 12 pays différents, dont une majorité d’Italiens, nul ne peut plus ignorer la puissance de ce patrimoine mémoriel. La dureté du travail de ces « gueules noires » et ses dangers ont contribué à faire du pays de Charleroi une terre prospère.

Aménagé dans la salle de la machine d’extraction, l’Espace 8 août relate, par des films, photographies et témoignages, cette journée atroce et celles qui suivirent. Y sont aussi évoquées la bataille du charbon et l’immigration italienne. Dans les bains-douches et la salle des pendus, le musée de l’industrie raconte l’histoire de la Révolution industrielle. Machines à vapeur, laminoir, tramways, machines-outils et moteurs électriques retracent cette épopée humaine et technique. Le musée du Verre trouve place dans l’ancienne lampisterie agrandie d’une structure de verre et d’acier.

La promenade de l’après-midi dans le domaine boisé entourant la mine permet de découvrir les anciens baraquements, le terril Saint-Charles offrant un panorama exceptionnel sur le pays de Charleroi, le « phalanstère » abritant réfectoires, douches, logements d’ouvrier…

www.leboisducazier.be

< Retour au calendrier >

LUNDI 24 AVRIL 2017 : VISITE PEDESTRE DE MAASTRICHT

Activité

Visite de la vieille ville de Maastricht

Détails

Rendez-vous à Bruxelles-Central à 7h45. Départ à 8h00 pour Liège où changement à 9h40 pour Visé (désolé une petite quanrantaine de minutes d'attente pour les courageux). Arrivée à 10h12. ATTENTION: le pilote vous attend à Maastricht. Retour avec le train de 17h49. Arrivée à Bruxelles-Central à 19h24

Visite de la vieille ville de Maastricht, visite de l'église Saint-Servais (4,5 euro).

Railpass de Bruxelles à Visé et retour + billet aller/retour vers/de Maastricht à Visé (5 euro/trajet à acheter à Bruxelles). Billet senior à la journée 9,60 euro depuis toute gare belge vers Maastricht.

INSCRIPTION

Auprès de Patrick BAIRIN (0476 66 85 74 - Après 19h00 ou patrick.bairin [AT] cerclepegase.be avant le 16 avril 2017

< Retour au calendrier >

VENDREDI 20 ET 27 JANVIER 2017: BEER BRUSSELS PROJECT

Activité

Visite guidée d’une brasserie artisanale au coeur de Bruxelles

Détails

Rendez-vous à 14h45 au Beer Brussels Project, Rue Antoine Dansaert 188 à 1000 Bruxelles


Prix : 14,00, dégustation de 4 bières de 12,5 cl incluse.

Ce montant doit nous parvenir pour le 9 janvier au plus tard sur le compte IBAN BE40 0000 1472 1263 CERCLE PEGASE – Bruxelles
Communication : Beer Brussels Project

Durée de la visite +/- 90 minutes
IMPORTANT: Pour le confort des visiteurs, les groupes sont limités à 15 personnes

Inscription obligatoire dès à présent auprès de Marion Schuberth au 0474 76 96 14 ou courriel : marion.schuberth [AT] cerclepegase.be

< Retour au calendrier >

MARDI 17 JANVIER 2017: VISITE DES STATIONS DE METRO

Activité

Visite guidée d’une brasserie artisanale au coeur de Bruxelles

Détails

Marion SCHUBERTH vous propose la visite des stations de métro, première partie : RV à 14h30 sur le quai de la station Roi Baudouin. L’idée est de s’arrêter un instant pour voir, et admirer éventuellement, la décoration de certaines stations au départ du bout de la ligne 6, du Nord de Bruxelles, faisant le tour de la ville pour arriver à la station Elisabeth. La deuxième partie, prévue le 17 janvier, visitera les stations intéressantes des lignes transversales vers Herrmann-Debroux et Stockel.

Nombre de places limité. Inscription obligatoire auprès de Marion Schuberth au 0474 76 96 14 (de préférence par SMS) ou par courriel : marion.schuberth [AT] cerclepegase.be. Indiquer la date et l’objet de la visite pour ne pas confondre avec la visite de la brasserie !

< Retour au calendrier >

 

LUNDI 26 DECEMBRE 2016: ABYSSES REPETITA

Activité

« Dans le cadre de « Lundi-Théâtre », au Centre culturel des Riches-Claires, Wanda VOGEL vous propose d’aller voir la pièce « Abysses Repetita »

Détails
Abbys Repetita

«Entre Agatha Christie et Jules Verne, le Panach’Club manie l’escobarderie et s’attaque à un mystère bien plus obscur que le Triangle des Bermudes»

 

Le 6 avril de l’an de grâce 1920, six jeunes veuves éplorées quittent le port d’Ostende à bord de « L’Amertume ».

Mais leur bateau n’atteindra jamais le golfe du Saint-Laurent. Quelques semaines plus tard, il sera retrouvé, sans âme qui vive à son bord, errant sur les flots tel un vaisseau fantôme…

Ou pas.

 

Date et lieu : le lundi 26 décembre 2016 à 20 h 30 au Centre Culturel des Riches-Claires, 24, rue des Riches-Claires à 1000 Bruxelles (www.lesrichesclaires.be).

Rendez-vous : à 20 h 15 à l’entrée du Centre culturel des Riches-Claires (la rue des Riches-Claires est une perpendiculaire au boulevard Anspach - station de métro la plus proche : Bourse).

Prix : 6 euros par personne.

Modalités d’inscription : pour le 12 décembre 2016 au plus tard, verser la somme de 6 euros sur le compte IBAN BE05 2107 3760 9775 (BIC GEBABEBB) de Wanda VOGEL en mentionnant « Abysses Repetita » et votre numéro de téléphone.

Mise en scène : Eric De Staercke. Avec Le Panach’Club et Eloi Baudimont.

 

Vers le Haut

 

JEUDI 15 DECEMBRE 2016 et MARDI 17 JANVIER 2017: VISITE DES STATIONS DE METRO

Activité

Visite guidée d’une brasserie artisanale au coeur de Bruxelles

Détails

Marion SCHUBERTH vous propose la visite des stations de métro, première partie : RV à 14h30 sur le quai de la station Roi Baudouin. L’idée est de s’arrêter un instant pour voir, et admirer éventuellement, la décoration de certaines stations au départ du bout de la ligne 6, du Nord de Bruxelles, faisant le tour de la ville pour arriver à la station Elisabeth. La deuxième partie, prévue le 17 janvier, visitera les stations intéressantes des lignes transversales vers Herrmann-Debroux et Stockel.

Nombre de places limité. Inscription obligatoire auprès de Marion Schuberth au 0474 76 96 14 (de préférence par SMS) ou par courriel : marion.schuberth [AT] cerclepegase.be. Indiquer la date et l’objet de la visite pour ne pas confondre avec la visite de la brasserie !

Vers le Haut

 

DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2016: VISITE DU MUSEE D'HERGE ET RANDONNEE DE 12 KILOMETRES

Activité

Wanda VOGEL (wanda.vogel[AT]cerclepegase.be – tél. 02/652.19.20 après 20 heures, GSM: 0479/57.06.36 le jour de l’activité uniquement) propose la visite du Musée Hergé à Louvain-la-Neuve (entrée gratuite car premier dimanche du mois !) suivie d’une randonnée de 12 km dans le bois de Lauzelle.

RV : gare de Bruxelles central à 8h50

Départ en train à 9h07 en direction de Dinant, descendre à Ottignies et là prendre à 9h51 la correspondance pour Louvain-la-Neuve-Université. NB : la guide rejoindra le groupe sur le quai de la gare à Ottignies.

Visite du musée pendant environ deux heures le matin, ensuite pic-nic intégral dans le Parc de la Source (si la météo le permet), puis l’après-midi randonnée de 12 km dans le bois de Lauzelle.

Retour en train de Louvain-la-Neuve-Université à 17h01 ou 17h31, changement à Ottignies, arrivée à Bruxelles 50 minutes plus tard. »

Détails

Musee Hergé - Photo Wikipédia

Découvrez le parcours fabuleux de l’un des plus grands artistes du vingtième siècle. Le maître de la Ligne Claire nous invite à une balade exceptionnelle au coeur de sa création. Le Musée Hergé à Louvain-la-Neuve, c’est un regard passionné sur la vie et l’oeuvre du père de Tintin et Milou.

Plus de 80 planches originales, 800 photos, documents et objets divers ont été rassemblés en un seul lieu, magique, lumineux, audacieux. Son architecte, Christian de Portzamparc, poète du volume et de l’espace, a rêvé et conçu un bâtiment hors-norme pour un patrimoine qui l’est tout autant.

À l’image du Graal dans la forêt de Brocéliande, le Musée Hergé dévoile ses audaces et ses trésors à l’orée du Parc de la Source, poumon vert d’une ville neuve, dans la belle province du Brabant wallon. Surprise garantie avec le dessinateur aux talents multiples : graphiste, publiciste, caricature, scénariste et peintre à ses heures perdues, Hergé fut tout cela et bien plus encore

http://www.museeherge.com/

Vers le Haut

 

VENDREDI 4 NOVEMBRE 2016 - SOIREE BOWLING & RESTO

Activité

Comme chaque année, à l'approche des fêtes de fin d'années, c'est l’occasion de la
traditionnelle activité un peu festive : un bowling et un resto... à proximité !!!

Rendez-vous à 18h45 au bar du Crosly - Bd De L'empereur, 36 - Tél 02/512.08.74 -
Début des parties à 19h00 – Après, possibilité de prolonger la soirée ou de nous
rejoindre pour manger dans un resto sympa des environs.

Inscription (pour le bowling et/ou le resto) avant le jeudi 3 novembre auprès de Yves (tél. 0476/399.125 ou yves.verschoren AROBASE cerclepegase.be) pour réserver les pistes.

Détails
Bowling

Bowling Crosly : Boulevard de l'Empereur 36 à 1000 Bruxelles (près de la Gare Centrale et du Grand Sablon) - http://www.crosly.be/FR/localisation.html.
Prix : 6,50 euro pour 1 partie et 5,5 euro/personne pour la 2ème (éventuelle !) partie. . Après possibilité de prolonger la soirée en allant manger un bout dans un resto sympa des environs.

Vers le Haut

 

VENDREDI 14 OCTOBRE 2016: CONFERENCE: LA CALESTIENNE DE GARE EN GARE [ Reportage ]

Pilote Patrick BAIRIN (0476 66 85 74 - Après 19h00 ou patrick.bairin [AT] cerclepegase.be)
Activité

Patrick BAIRIN accompagné de Nadine PAULUS présenteront une conférence sur la Calestienne de gare en gare à Marche-en-Famenne

Inscription obligatoire à la conférence
084 32 70 60 / 61 ou musee.famenne@marche.be
Participation : 5 euro /personne • 3 euro pour les membres à verser sur le compte du Musée de la Famenne BE40 0682 5031 2163 avec la communication: « Calestienne »
Attention : l’exposé commencera à 20 h précises

Détails

 

Vers le Haut

 

SAMEDI 8 OCTOBRE 2016: VISITE CULTURELLE DE LIEGE (III/III) [ Reportage ]

Pilote Patrick BAIRIN (0476 66 85 74 - Après 19h00 ou patrick.bairin [AT] cerclepegase.be)
Activité

Visite culturelle d'une partie de Liège

Prix: 5 € pour deux visites guidées à verser sur le compte BE41000119068510 (BE41 0001 1906 8510), BIC: BPOTBEB1 de la Banque de la Poste pour le 6 octobre 2016 au plus tard avec la mention LIEGE 2016

Rendez-vous Gare Centrale à 7h50. Départ à 8h07 pour Liège-Guillemins. Retour à 18h01. Arrivée à Bruxelles-Central à 18h55. Ou 14h10 à l’entrée de la gare des Guillemins pour les autres.
Départ à 8h07 pour Liège Guillemins
Retour Vers 17h01/18h01
Détails VISITES (d'une partie) DE LA CITE ARDENTE EN TROIS ACTES

« Il y a deux mille ans, la belle vallée de la ville de Liège (…) présentait l'aspect d'une vaste solitude. La Meuse, qui dans les temps préhistoriques y avait coulé à pleins bords, semblait ne pouvoir se résigner à en céder la moindre partie à l'habitation humaine. Elle s'y étalait à son aise et envoyait dans tous les sens une multitude de bras qu'entouraient de grands espaces marécageux et incultes. L'Ourthe, qui venait la rejoindre, dessinait des méandres non moins capricieux et se ramifiait de son côté en plusieurs branches qui augmentaient encore ce labyrinthe de canaux. Vue d'en haut, la vallée apparaissait comme un archipel, d'où émergeait avec leurs bosquets vierges les îlots destinés à porter un jour la Cité de Liège ».
Godefroid Kurth, 1909.


LIEGE, la « cité ardente ». Ce surnom est en fait le titre d'un livre paru en 1905 sous la plume du comte Henry Carton de Wiart, écrivain et homme politique : il s'agit d'un roman historique qui raconte le sac et l'incendie de la ville en 1468 par les hordes bourguignonnes de Charles le Téméraire.

1905, c'est aussi l'année de l'Exposition Internationale de Liège. Quand le prince Albert (le futur Albert Ier) l'inaugure le 27 avril, il reprend l'expression « cité ardente » pour louer le dynamisme économique de la ville qui, va montrer au monde la puissance de ses activités industrielles.

Le surnom est resté pour suggérer une cité animée, aux activités commerciales et culturelles intenses, connue pour le caractère chaleureux et bon-vivant de ses habitants.

ETHYMOLOGIE (contestée)

On retrouve déjà des traces écrites de Liège en l'an 558 sous le nom de Vicus Leudicus. Selon certains, le nom de Liège serait de même origine que l'ancien nom de Paris, Lutèce ; la forme allemande de Liège, Lüttich, suggère d'ailleurs ce rapprochement. Liège et Lutèce viendraient dès lors de « lucotætia » (marais, marécage). Mais cette étymologie est contestée. On avance aussi « Lætica » (Colonie), et « Lug » (du dieu du même nom, tout comme pour Lyon). Il est plus probable que l'étymologie soit « Leudico », forme francique attestée en 718, (de l'ancien germanique « leudika », dérivé de « leudi » qui veut dire « peuple ») : « terre du peuple ou terre commune ». La forme la plus ancienne connue est Luga, qui donna au Lyge (prononcer Lidge) d'où dérive son nom wallon « Lîdje » qui donna lui même Liège.

Le nom s'écrivait Liége (avec l'accent aigu) jusque 1946. Le changement vers l'orthographe avec l'accent grave, plus conforme à la prononciation locale, est contemporain du début du déclin de la base industrielle traditionnelle (charbon, fer) de la ville et de sa région. Le nom tardif du ruisseau, la Légia, dérive de Liège, non l'inverse. Tout comme le nom latin de Leodium, invention des moines, qui fléchirent le vieux nom préceltique, celtique ou germanique en un calembour sublime évoquant le martyre de Saint Lambert, entre 696 et 705, comme si le patron de la Cité avait été le Leo Dei, « Le Lion de Dieu » ! (http://www.comoria.com/9898/Liège)

Je vous propose une découverte en 3 actes:

ACTE I: samedi 9 juillet 2016 – Promenade pédestre

ACTE II: Samedi 10 septembre – Saint Jacques et Saint Paul

ACTE III : Samedi 8 octobre – Abbaye Bénédictine et Mémorial Interalliés

10h00 - Abbaye bénédictine Paix Notre-Dame et son jardin niché au cœur
de Liège ou visite libre (musée de la Boverie/Exposition Dali/etc.).
12h00 - Restaurant
15h00 - Visite du Monument Interalliés de Cointe. Nous monterons en ascenceur au sommet du monument.

« Des Bénédictines à Liège... »

Paix Notre-Dame Liège 1627

C'est ce qu'entend dans sa prière l'Abbesse de la Paix Notre-Dame de Namur.

Pour répondre à cet appel, elle envoie trois moniales qui s'établissent en février 1627 au faubourg d'Avroy, en bordure de Meuse, dans une ancienne métairie de l'hôpital Saint-Matthieu à la chaîne.

De jeunes liégeoises rejoignent bientôt la petite fondation qui entreprend la construction de l'abbaye. En 1645, les quatre cloîtres sont achevés. L'église, dont les plans ont été dessinés par une des religieuses, Aldegonde Desmoulins et réalisés par un sculpteur liégeois Arnold du Hontoir, sera consacrée en 1690.

Au début du XVllle siècle, un bel orgue, oeuvre de J.-B. Le Picard permet de rehausser la célébration quotidienne de l'Office divin.

Dès l'origine, les soeurs assurent leur subsistance par leur travail: l'éducation de jeunes filles, l'exploitation d'une petite ferme, des travaux d'art.

Aujourd'hui le bras de la Meuse au bord duquel le monastère avait été construit s'est transformé en une artère à grand trafic. Les buildings ont remplacé les fermes et vergers.

À travers ces changements, la vie monastique n'a connu aucune interruption à la Paix Notre-Dame en dépit des révolutions et des guerres.

L'église est d'un grand intérêt en raison de sa disposition particulière et de plusieurs de ses aspects :

  • Façade
  • Saint Joseph à l'Enfant et L'ange gardien avec l'Enfant, sculptures de Cornélis Vander Veken
  • Le chef-autel avec statues de Saint Benoit et Sainte Scholastique par Arnold de Hontoire (1690)
  • L'autel secondaire avec La mort de Saint Benoit de Nursie, peinture d'Englebert Fisen
  • L'autel secondaire avec La mort de Sainte Scholastique, peinture d'Englebert Fisen
  • Mobilier
  • L'orgue par Jean-Baptiste le Picard

Monument Interalliés

Vue depuis le sommet du mémorial interallié

Liège, en tant que première ville à s'être opposée efficacement aux envahisseurs en 1914, est choisie en 1925 par la Fédération Internationale des Anciens Combattants comme lieu d'édification d'un monument interallié, financé par des souscriptions publiques et privées dans les pays alliés. Sa conception est confiée à l'architecte anversois Joseph Smolderen, et les travaux qui débutent en septembre 1928 sur la colline de Cointe, s'arrêtent, inachevés, en 1935. L'édifice religieux, le premier, est béni et consacré au Sacré-Cœur en 1936. Le monument civil est inauguré le 20 juillet 1937 en présence du roi Léopold III.

L'État belge, devenu propriétaire de la tour en 1949 fait procéder en 1962 à des travaux de restauration, le site ayant été durement touché par les bombardements aériens de la Seconde Guerre mondiale. Les travaux s'achevèrent en 1968 : le 20 novembre, le roi Baudouin Ier procède à une nouvelle et seconde inauguration.

Vers le Haut

 

SAMEDI 10 SEPTEMBRE 2016: VISITE PEDESTRE DE LIEGE (II/III)

Pilote Patrick BAIRIN (0476 66 85 74 - Après 19h00 ou patrick.bairin [AT] cerclepegase.be)
Activité

Visite pédestre d'une partie de Liège

Rendez-vous Gare Centrale à 8h45
Départ à 9h00 pour Liège Guillemins
Retour à 18h01. Arrivée à Bruxelles-Central à 19h55
Détails VISITES (d'une partie) DE LA CITE ARDENTE EN TROIS ACTES

« Il y a deux mille ans, la belle vallée de la ville de Liège (…) présentait l'aspect d'une vaste solitude. La Meuse, qui dans les temps préhistoriques y avait coulé à pleins bords, semblait ne pouvoir se résigner à en céder la moindre partie à l'habitation humaine. Elle s'y étalait à son aise et envoyait dans tous les sens une multitude de bras qu'entouraient de grands espaces marécageux et incultes. L'Ourthe, qui venait la rejoindre, dessinait des méandres non moins capricieux et se ramifiait de son côté en plusieurs branches qui augmentaient encore ce labyrinthe de canaux. Vue d'en haut, la vallée apparaissait comme un archipel, d'où émergeait avec leurs bosquets vierges les îlots destinés à porter un jour la Cité de Liège ».
Godefroid Kurth, 1909.


LIEGE, la « cité ardente ». Ce surnom est en fait le titre d'un livre paru en 1905 sous la plume du comte Henry Carton de Wiart, écrivain et homme politique : il s'agit d'un roman historique qui raconte le sac et l'incendie de la ville en 1468 par les hordes bourguignonnes de Charles le Téméraire.

1905, c'est aussi l'année de l'Exposition Internationale de Liège. Quand le prince Albert (le futur Albert Ier) l'inaugure le 27 avril, il reprend l'expression « cité ardente » pour louer le dynamisme économique de la ville qui, va montrer au monde la puissance de ses activités industrielles.

Le surnom est resté pour suggérer une cité animée, aux activités commerciales et culturelles intenses, connue pour le caractère chaleureux et bon-vivant de ses habitants.

ETHYMOLOGIE (contestée)

On retrouve déjà des traces écrites de Liège en l'an 558 sous le nom de Vicus Leudicus. Selon certains, le nom de Liège serait de même origine que l'ancien nom de Paris, Lutèce ; la forme allemande de Liège, Lüttich, suggère d'ailleurs ce rapprochement. Liège et Lutèce viendraient dès lors de « lucotætia » (marais, marécage). Mais cette étymologie est contestée. On avance aussi « Lætica » (Colonie), et « Lug » (du dieu du même nom, tout comme pour Lyon). Il est plus probable que l'étymologie soit « Leudico », forme francique attestée en 718, (de l'ancien germanique « leudika », dérivé de « leudi » qui veut dire « peuple ») : « terre du peuple ou terre commune ». La forme la plus ancienne connue est Luga, qui donna au Lyge (prononcer Lidge) d'où dérive son nom wallon « Lîdje » qui donna lui même Liège.

Le nom s'écrivait Liége (avec l'accent aigu) jusque 1946. Le changement vers l'orthographe avec l'accent grave, plus conforme à la prononciation locale, est contemporain du début du déclin de la base industrielle traditionnelle (charbon, fer) de la ville et de sa région. Le nom tardif du ruisseau, la Légia, dérive de Liège, non l'inverse. Tout comme le nom latin de Leodium, invention des moines, qui fléchirent le vieux nom préceltique, celtique ou germanique en un calembour sublime évoquant le martyre de Saint Lambert, entre 696 et 705, comme si le patron de la Cité avait été le Leo Dei, « Le Lion de Dieu » ! (http://www.comoria.com/9898/Liège)

Je vous propose une découverte en 3 actes:

ACTE I: samedi 9 juillet 2016 – Promenade pédestre

Reportage: http://www.cerclepegase.be/randonnees/2016/20160709/thumb.html

ACTE II: Samedi 10 septembre – Journée du Patrimoine

11h00 - EGLISE SAINT-JACQUES LE MINEUR – GOTHIQUE FLAMBOYANT
13h00 - REPAS
15h00 - CATHEDRALE SAINT-PAUL : DE LA COLLEGIALE A LA CATHEDRALE ET
TRESOR DE LIEGE - L’UNIVERS DES PRINCES-ÉVÊQUES

Prix: 10 euro pour deux visites guidées - Voir détail du paiement ci-dessous

EGLISE SAINT-JACQUES LE MINEUR – GOTHIQUE FLAMBOYANT

C'est en 1015 que l'évêque Balderic fonda L'abbaye bénédictine de Saint-Jacques dans le quartier de l'île. De 1514 à 1538, une nouvelle église abbatiale fut construite en remplacement de l'édifice roman primitif dont seul l'avant-corps de la seconde moitié du XIIème siècle a été conservé. Le nouvel édifice est en style gothique flamboyant et compte parmi les merveilles du pays, à la fois par le décor architectural et par les trésors qu'il renferme. Un portail renaissant dessiné par Lambert Lombard est ajouté en frontispice au porche en 1558.

Le patrimoine mobilier est extrêmement riche et varié. Les verrières de l'abside du chœur sont ornées de vitraux datés de 1525 à 1531 et offerts par des donateurs qui s'y sont fait représenter. Le vitrail le plus célèbre est celui des trente-deux bons métiers de la cité de Liège avec les blasons des corporations. Les stalles gothiques du XIVe siècle, dans lesquelles les moines prenaient place pour chanter l'office, sont le reflet de l'esprit satirique médiéval. De la même époque date un couronnement de la Vierge en pierre de sable. Adossées au pilier de la nef, les statues baroques de Jean Del Cour sont peintes en blanc à l'imitation du marbre de Carrare. Dans le fond de l'église, l'orgue est logé dans un magnifique buffet renaissant de 1600 surmontant l'ancien jubé gothique avec sa galerie des apôtres. Dans les bas-côtés, les autels récupérés du jubé de 1602 présentent des bas-reliefs en albâtre montrant les mystères glorieux et douloureux. Dans le chœur, un double escalier hélicoïdal, fantaisie de l'architecte, attire la curiosité des visiteurs depuis plusieurs siècles.

Au XIXe siècle, Jean de Béthune, père du mouvement néogothique en Belgique, a dessiné plusieurs pièces de mobilier parmi lesquelles l'autel du Sacré-Cœur et le reliquaire de saint Jacques-le-Majeur. En 1785, l'abbaye fut sécularisée et Saint-Jacques devint ainsi la huitième collégiale de Liège avant que le chapitre ne soit définitivement supprimé en 1797. L'édifice est sauvé in extremis de la démolition et, après le Concordat, l'église est rendue au culte en tant qu'église paroissiale primaire. L'église est dédiée à saint Jacques-le-Mineur, bien qu'elle possède une relique de saint Jacques-le-Majeur ramenée de Compostelle en 1056 par le moine Robert. Les vestiges de la crypte romane sont accessibles lors des visites guidées.

 

Eglise Saint-Jacques le Mineur

Vue de l'ancienne abbaye de Saint-Jacques-le-Mineur à Liège vers 1735, par Remacle Le Loup. Cette gravure figure dans l'ouvrage Les Delices du Païs de Liege (tome I, p.163), publié à Liège en 1738 par Kints, sous la direction de Pierre-Lambert de Saumery.Le blason dans le coin supérieur droit est celui de l'abbé Nicolas Jacquet.

La vue est prise depuis l'actuelle place Saint-Jacques. Les bâtiments accolés à l'avant-corps roman de l'église ont aujourd'hui disparus. http://www.fabrice-muller.be/sj/leloup.html

CATHEDRALE SAINT-PAUL : DE LA COLLEGIALE A LA CATHEDRALE

La collégiale Saint-Paul fut fondée à la fin du Xe siècle par L'évêque Eracle sur ce qui n'était encore qu'une île inhospitalière cernée par les deux principaux bras de la Meuse. L'édification du bâtiment gothique débuta vers 1230 et se poursuivit pendant plusieurs siècles.

Au XIXe siècle, après que cette collégiale fut choisie pour devenir la nouvelle cathédrale de Liège en remplacement de Saint-Lambert détruite, des modifications sensibles accompagnèrent son nouveau et prestigieux statut. La tour fut surhaussée d'un étage et coiffée d'une flèche rappelant ceLLe de la cathédrale Saint-Lambert. Le carillon de cette dernière y est d'ailleurs logé.

À la même époque, l'architecte liégeois Delsaux entreprit une restauration complète de la façade Nord, en y adjoignant galeries, pinacles et crochets inexistants sur l'édifice primitif. Le portail occidental, place Saint-Paul, élevé entre 1538 et 1544, est un compromis entre une architecture gothique et des reliefs ornementaux de la Renaissance, avec notamment au sommet une représentation de la conversion de saint Paul.

À l'intérieur, le vaisseau composé de trois nefs et de sept travées fut édifié par campagnes successives à partir du XIIIe siècle, du choeur vers la tour. Cet ensemble gothique primaire d'une grande élégance se distingue par la sobriété du décor. L'abside du chœur, (1334) avec ses minces fenêtres atteignant la voûte, forme un ensemble gothique rayonnant.

Au XVIe siècle, les voûtes ont été recouvertes d'une magnifique parure de rinceaux (décoration en motifs végétaux) qui constitue un des charmes de la cathédrale. Celle-ci se distingue encore par la valeur artistique de ses peintures (XVI-XIXe siècle) et de ses vitraux. Les cinq verrières de l'abside (1557-1559) furent exécutées d'après des cartons de Lambert Lombard.

La cathédrale abrite encore deux témoins de la sculpture médiévale mosane en bois dont un superbe Christ en croix (XIVe siècle) suspendu au dessus du chœur et une Vierge à l'enfant (vers 1230) qui se singularise par l'allongement de sa silhouette.

Cathédrale Saint Paul

La gravure ci-dessus, œuvre du dessinateur spadois Remacle Le Loup, montre la collégiale Saint-Paul dans les années 1730. Remarquons le clocher inachevé, qui se limite à une tour basse, arrêtée au niveau de la grande nef et surmontée d'une petite construction où se trouvent les cloches.

C'est en 1811-1812 qu'on a surélevé la tour d'un étage aux fenêtre ogivales, le tout surmonté d'une flèche octogonale qui atteint presque nonante mètres. Quatre clochetons ont été ajoutés aux angles pour rappeler la magnifique cathédrale Saint-Lambert.

http://histoiresdeliege.skynetblogs.be/archive/2015/04/08/place-de-la-cathedrale-ancienne-collegiale-saint-paul-8417016.html

 

TRESOR DE LIEGE - L’UNIVERS DES PRINCES-ÉVÊQUES

En visitant Liège au XVIe siècle un voyageur italien parlait d'un paradis des prêtres. Le ciel liégeois est en effet parsemé de nombreux clochers : cathédrale, collégiales, abbatiales, couvents et chapelles. Comment en serait-il autrement dans une principauté épiscopale ? Le prince est aussi évêque. C'est au Trésor de la Cathédrale de Liège qu'est évoquée l'histoire de cette terre d'Église, principauté d'Empire, que fut Liège jusqu'en 1795, par un circuit thématique et la présentation d'oeuvres maîtresses du patrimoine national.

Le buste-reliquaire de saint Lambert en argent doré avec ses pierres précieuses fut réalisé à Aix-la-Chapelle vers 1510 : c'est le plus grand buste-reliquaire de l'époque gothique tardive conservé en Europe. Le reliquaire dit de Charles Le Téméraire, en or massif, est internationalement connu : le duc de Bourgogne agenouillé en armure est présenté par saint Georges, patron des chevaliers. Commandée en 1467, l'oeuvre fut offerte à Monseigneur Saint Lambert par celui-là même qui réduisit Liège en cendres en 1468.

Érard de La Marck (1505¬1538) fut le grand prince-évêque de La Renaissance : son cercueil en plomb est exposé dans une pseudo crypte.

Plusieurs étages d'une visite-découverte (jusqu'aux charpentes anciennes et vues exceptionnelles extérieures) d'une nouvelle scénographie mettant en valeur le patrimoine des églises du centre-ville, dont quatre millénaires.

Ivoires, manuscrits, sculptures, peintures et textiles anciens. Le souvenir de l'ancienne cathédrale Saint-Lambert est aussi bien entretenu.

 

Trésor de Liège

 

PARTICIPATION

Merci de verser la somme 10 euro sur le compte BE41000119068510 (BE41 0001 1906 8510), BIC: BPOTBEB1 de la Banque de la Poste pour le 4 septembre 2016 au plus tard avec la mention LIEGE 2016

ACTE III : Samedi 8 octobre – Mémorial Interallié

Si l’ascenseur n’est pas en panne nous monterons au sommet du monument à 15H00 et ... Programme en cours de rédaction

 

SAMEDI 9 JUILLET 2016: VISITE PEDESTRE DE LIEGE (I/III)

Pilote Patrick BAIRIN (0476 66 85 74 - Après 19h00 ou patrick.bairin [AT] cerclepegase.be)
Activité

Visite pédestre d'une partie de Liège

Rendez-vous Gare Centrale à 7h45
Départ à 8h00 pour Liège Guillemins
Retour A son aise :-)
Détails VISITES (d'une partie) DE LA CITE ARDENTE EN TROIS ACTES

Il y a quelques années j'ai organisé la visite de Liège, ma ville d'origine. Il est grand temps de remettre cela et d'aller déguster des vrais de vrais boulets à la liégeoise (Boulet de Cristal 2015 décerné par la Confrérie du Boulet).

« Il y a deux mille ans, la belle vallée de la ville de Liège (…) présentait l'aspect d'une vaste solitude. La Meuse, qui dans les temps préhistoriques y avait coulé à pleins bords, semblait ne pouvoir se résigner à en céder la moindre partie à l'habitation humaine. Elle s'y étalait à son aise et envoyait dans tous les sens une multitude de bras qu'entouraient de grands espaces marécageux et incultes. L'Ourthe, qui venait la rejoindre, dessinait des méandres non moins capricieux et se ramifiait de son côté en plusieurs branches qui augmentaient encore ce labyrinthe de canaux. Vue d'en haut, la vallée apparaissait comme un archipel, d'où émergeait avec leurs bosquets vierges les îlots destinés à porter un jour la Cité de Liège ».
Godefroid Kurth, 1909.


LIEGE, la « cité ardente ». Ce surnom est en fait le titre d'un livre paru en 1905 sous la plume du comte Henry Carton de Wiart, écrivain et homme politique : il s'agit d'un roman historique qui raconte le sac et l'incendie de la ville en 1468 par les hordes bourguignonnes de Charles le Téméraire.

1905, c'est aussi l'année de l'Exposition Internationale de Liège. Quand le prince Albert (le futur Albert Ier) l'inaugure le 27 avril, il reprend l'expression « cité ardente » pour louer le dynamisme économique de la ville qui, va montrer au monde la puissance de ses activités industrielles.

Le surnom est resté pour suggérer une cité animée, aux activités commerciales et culturelles intenses, connue pour le caractère chaleureux et bon-vivant de ses habitants.

ETHYMOLOGIE (contestée)

On retrouve déjà des traces écrites de Liège en l'an 558 sous le nom de Vicus Leudicus. Selon certains, le nom de Liège serait de même origine que l'ancien nom de Paris, Lutèce ; la forme allemande de Liège, Lüttich, suggère d'ailleurs ce rapprochement. Liège et Lutèce viendraient dès lors de « lucotætia » (marais, marécage). Mais cette étymologie est contestée. On avance aussi « Lætica » (Colonie), et « Lug » (du dieu du même nom, tout comme pour Lyon). Il est plus probable que l'étymologie soit « Leudico », forme francique attestée en 718, (de l'ancien germanique « leudika », dérivé de « leudi » qui veut dire « peuple ») : « terre du peuple ou terre commune ». La forme la plus ancienne connue est Luga, qui donna au Lyge (prononcer Lidge) d'où dérive son nom wallon « Lîdje » qui donna lui même Liège.

Le nom s'écrivait Liége (avec l'accent aigu) jusque 1946. Le changement vers l'orthographe avec l'accent grave, plus conforme à la prononciation locale, est contemporain du début du déclin de la base industrielle traditionnelle (charbon, fer) de la ville et de sa région. Le nom tardif du ruisseau, la Légia, dérive de Liège, non l'inverse. Tout comme le nom latin de Leodium, invention des moines, qui fléchirent le vieux nom préceltique, celtique ou germanique en un calembour sublime évoquant le martyre de Saint Lambert, entre 696 et 705, comme si le patron de la Cité avait été le Leo Dei, « Le Lion de Dieu » ! (http://www.comoria.com/9898/Liège)

Je vous propose une découverte en 3 actes:

ACTE I: samedi 9 juillet 2016 – Promenade pédestre


Au départ de la gare nous nous dirigerons vers le Jardin Botanique.

Ce ne sont pas moins de 170 espèces appartenant à une cinquantaine de familles végétales différentes. On y relève notamment une quinzaine de "champions de Belgique" dont certains furent plantés entre 1841 et 1854 lors de la création du jardin.

Citons entre autres : de magnifiques Platanes, Cyprès chauves, Arbre de Judée, Zelkova du Japon, Plaqueminier du Japon, Séquoias, Paulownia, Ginkgo, Muscadiers de Californie, Catalpas, Féviers, Tilleuls et Noyers.

Nous nous rendrons ensuite à l’ancien hôpital militaire Saint-Laurent.

L'abbaye Saint-Laurent de Liège est un ancien monastère bénédictin fondé en 1026 dans un quartier qui prendra son nom, le 'quartier Saint-Laurent', de la ville de Liège en Belgique. Pendant huit siècles l'abbaye occupe un place importante dans la vie et l'histoire politico-religieuse de la principauté de Liège jusqu'à sa fermeture par le pouvoir révolutionnaire français en juillet 1794. Les moines sont dispersés et les bâtiments sont transformés en hôpital militaire.

Pour poursuivre vers la Basilique Saint-Martin.

La collégiale Saint-Martin a été fondée par l'évêque Éracle – prédécesseur de Notger – à la fin du Xe siècle. Son intention aurait été d'en faire la nouvelle cathédrale. Collégiale Saint-Martin. Aujourd'hui, il ne reste rien de l'église romane primitive. La tour fut reconstruite en style gothique dès 1342, le chœur de 1511 à 1530 et la nef de 1540 à la fin du siècle. Le plan est de l'architecte Paul de Ryckel mais les travaux se poursuivirent sous la direction d'Arnold Van Mulcken qui fut aussi l'architecte de l'église abbatiale de Saint-Jacques et du palais des princes-évêques.

C'est à Saint-Martin que fut instituée la Fête-Dieu en 1246 suite aux démarches effectuées par sainte Julienne de Cornillon et la bienheureuse Éve recluse à la collégiale. En 1312, c'est dans la nuit du 3 au 4 août que le peuple soutenu par le chapitre cathédral, bouta le feu à la collégiale Saint-Martin dans laquelle s'étaient réfugiés plusieurs dizaines de nobles qui périrent dans l'incendie. En 1886, l'église reçut le titre honorifique de basilique mineure.

Et de là gagner notre restaurant, Boulet de Cristal 2015, pour de somptueux boulets à la liégeoises (ou autre). INSCRIPTION obligatoire pour les réservations !

Après le repas, promenade de quelques kilomètres sur les coteaux de la Citadelle. Chapelle Saint-Roch, Ferme de la Vache, Favechamps, le Pérî, Vivegnis, la rue Hors-Château, et les Terrasses.

Après, cette promenade, rien de tel qu’une halte à la Maison du Peket pour reprendre des forces avant de retourner vers la gare des Guillemins (*) en passant par la cathédrale Saint-Paul, l’église Saint-Jacques, le Parc de la Boverie et son musée restauré.

(*) Au XIIIème siècle, un certain Gérard de Bierset, chanoine de Saint-Lambert, possède près de l’actuelle place des Guillemins, un manoir entouré d’eau, au milieu de bois et de prairies. Le château est aussi appelé « Maison de la Motte », car il est établi sur un tertre. Dans sa propriété, Gérard de Bierset fait construire un asile pour prêtes âgés.

En 1287, ce sont des religieux de l’ordre des Guillemites (Wilhelmites ou encore Guihelmites) qui prennent possession des lieux ; l’endroit devient un prieuré qui donnera son nom au quartier : les Guillemins.

Au milieu du XIXème siècle, le quartier s’urbanise à la suite du développement des chemins de fer.

Dès 1838, une voie ferrée relie Bruxelles à Ans, mais les trains ne peuvent accéder à la cuvette liégeoise à cause de la trop forte déclivité (+/- 150 mètres). C’est grâce au plan incliné imaginé par l’ingénieur Henri Maus que les problème est résolu et qu’une première gare est construite en 1842 dans le quartier. Pour descendre, il faut faire confiance aux freins du convoi ; pour remonter, c’est tout un système de treuil et de câbles qui est sollicité, exemple unique à lépoque !

La première gare des Guillemins fut construite en bois en 1842 sur le site de l'ancien couvent des guillemites dont elle prit le nom. En 1863, l'architecte Lambeau réalisa une gare de structure massive avec une grande verrière en éventail de style français. La gare fut considérablement agrandie en 1881, puis en 1905 à l'occasion de l'exposition universelle. En 1956, ce superbe édifice fut rasé pour faire place à une construction répondant aux exigences d'une horrible « gare moderne ». Celle-ci disparut à son tour en 2007 avec la construction d'une troisième gare dessinée par l'architecte espagnol Calatrava et destinée à accueillir les trains à grande vitesse

ACTE II: Samedi 10 septembre – Journée du Patrimoine

J’espère que certains édifices généralement fermés au public seront ouverts (programmes officiel disponible en juillet)

ACTE III : Samedi 8 octobre – Mémorial Interallié

Si l’ascenseur n’est pas en panne nous monterons au sommet du monument et ... Programme en cours de rédaction

Vers le Haut

 

LUNDI 20 JUIN 2016: THEATRE

Activité

François ROUSSEAU vous propose de venir assister au spectacle de fin d’année de l’académie d’Ixelles dans la section :Art dramatique

Détails Classe de qualification de Adèle COOKEN.

QUAND: Le lundi 20 juin à 20heures (début des réprésentations)

OU: Petit théâtre MERCELIS (150 places quand même !), Rue Mercelis 13 à 1050 IXELLES

ACCES:
En métro : lignes 2 et 6 – arrêt Porte de Namur
En bus : lignes 54 et 71 – arrêt Fernand Cocq
En tram : ligne 94 – arrêt Defacqz

QUOI: Spectacle autour des textes de l’auteur Israélien Hanokh LEVIN, satire grinçante de la société israélienne.

BAR: Il devrait être ouvert !

Vers le Haut

 

MERCREDI 13 AVRIL 2016: SOIREE JAZZ - DAVID THOMAERE TRIO [ Reportage ]

Activité

Wanda Vogel (wanda.vogel [ arobase ] cerclepegase.be, tél. 02/652.19.20 après 20 heures, GSM 0479/57.06.36 le jour de l’activité uniquement) vous propose d’assister, le mercredi 13 avril 2016 à 20h30, à un concert du « David Thomaere Trio » à la Jazz Station , chaussée de Louvain, 193A, 1210 Saint-Josse-ten-Noode. Le prix du concert est de 10 euros par personne.

Détails

 

David Thomaere Trio
Ecoutez et regardez un des morceaux du trio - CLIQUEZ ICI

Du jazz mélodique aux rythmes entraînants, aux sonorités parfois pop, parfois hip hop, les compositions de David Thomaere donnent à chacun de ses membres la place et la liberté d’improviser. La sensibilité et la richesse du son de ce trio, composé du pianiste David Thomaere (lauréat du Toots Thielemans Award en 2012), du batteur Antoine Pierre (Philip Catherine, TaxiWars) et du bassiste Félix Zurstrassen (Conference of the Birds) raviront les fans de jazz, les connaisseurs et les curieux. En live, vous découvrirez les compositions personnelles du pianiste ainsi que l’un ou l’autre standard revisité et parfois même un morceau pop à la sauce jazz.

RV à la Jazz Station à 20h15. Le concert commence à 20h30 et dure jusqu’aux environs de 23h.

La Jazz Station ne fait pas de petite restauration mais on peut acheter des chips, assiettes de saucisson/fromage.

Pour s’inscrire :

Il faut verser, pour le vendredi 1er avril 2016 au plus tard, la somme de 10 euros sur le compte BE05 2107 3760 9775 (BIC GEBABEBB) de Wanda VOGEL en indiquant sur votre virement « Jazz Station » et votre numéro de téléphone . »

Vers le Haut

 

LUNDI 22 FEVRIER 2016: LES NUITS BLANCHES

Activité

Dans le cadre de « Lundi-Théâtre » (spectacles présentés par Marion, l’ancienne complice de Stéphane Steeman), Wanda VOGEL vous propose d’aller voir la pièce « Les nuits blanches » d’après le roman de F.M. Dostoïevski

Détails
Nuits blanches

« Sur un pont, une nuit, une jeune fille pleure. Un homme n’est pas venu – une histoire d’amour compliquée, un rendez-vous manqué, une promesse non tenue.

Au même moment, un homme se promène. Un homme seul qui, à force de rêver sa vie, passe à côté d’elle.

Sur ce pont, la jeune fille triste et l’homme seul se rencontrent. Pendant quatre nuits, ils apprennent à se connaître. Quatre nuits de rêve et pourtant bien réelles.

Les nuits blanches.

Une presqu’histoire d’amour.

Drôle, tragique, passionnée, pathétique. »

Pour les cinéphiles : c’est de ce même roman de Dostoïevski qu’a été tiré le film « Two Lovers » (2008) de James Gray avec Joaquin Phoenix et Gwyneth Paltrow.

Date et lieu : le lundi 22 février 2016 à 20 h 30 au Centre Culturel des Riches-Claires, 24, rue des Riches-Claires à 1000 Bruxelles (www.lesrichesclaires.be).

Rendez-vous : à 20 h 15 à l’entrée du Centre culturel des Riches-Claires (la rue des Riches-Claires est une perpendiculaire au boulevard Anspach - station de métro la plus proche : Bourse).

Prix : 5 euros par personne.

Modalités d’inscription : pour le 5 février 2016 au plus tard, verser la somme de 5 euros sur le compte IBAN BE05 2107 3760 9775 (BIC GEBABEBB) de Wanda VOGEL en mentionnant « les nuits blanches » et votre numéro de téléphone.

Les Nuits Blanches de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski. Adaptation Et Mise En Scène
Olivier Lenel. Avec: Marie du Bled et (en alternance) Simon Hommé, Nicolas d’Oultremont, Vincent Huertas et Mikael Sladden

 

Vers le Haut

 

VENDREDI 5 FEVRIER 2016: VISITE GUIDEE DES EGOUTS DE BRUXELLES - COMPLET

Activité

Roland BENOOT vous propose une visite guidée des égouts de Bruxelles et de son musée.

Détails

Musée des égouts

Le Musée des égouts propose de vivre un voyage insolite dans ce que Bruxelles a de plus caché et à la fois de plus nécessaire à son fonctionnement. Ce musée raconte quand, pourquoi et comment les égouts furent construits, mais aussi du travail des hommes dans ce monde souterrain, qui explique le cycle de l'eau en ville.

Date et heure: 5 février 2016 à 15h00 - Durée 1h15

Prix: Groupe limité à 20 participants. Entrée 6 euro + guide 75 euro à repartir sur le nombre des participants (minimum: 10)

Lieu: Musée des Egouts, Pavillon de l’Octroi, Porte d’Anderlecht, 1000 Bruxelles - Tram 51/82 et métro Lemonnier

Inscription: Auprès de Patrick BAIRIN tél. 0476 66 85 74 après 19h00 pour le 15 janvier au plus tard (patrick.bairin AROBASE cerclepegase.be)

Vers le Haut

 

 

 

Il est toujours préférable de contacter le pilote pour prévenir de votre présence et être averti de tout changement éventuel de dernière minute. Dans la mesure du possible et sauf indication préalable du pilote, merci de monter dans la voiture de tête en cas de déplacement en train. Cela permettra à ceux qui montent en cours de trajet de nous retrouver facilement.

Prévoir pique-nique et boisson(s) lors des randonnées d'une journée. Les chiens ne sont pas admis. (Les grossiers personnages non plus !)

Vous désirez venir nous rejoindre afin de découvrir avec nous les beaux chemins, sentiers et voies de notre beau pays ? Pas de problème, la première participation aux randonnées du Cercle Pégase ne nécessite aucune cotisation préalable à notre club de marches. N’hésitez pas, venez nous rejoindre pour une randonnée pédestre ou à vélo et voyez si cela vous plaît et pourquoi pas, revenez régulièrement à nos activités.

Le Cercle Pégase asbl existe grâce à la participation d'organisateurs bénévoles dont la responsabilité ne peut en aucun cas être mise en cause. Chacun participe aux activités à ses propres risques (voir la Clause de Responsabilité).